Comment passer de la morosité à l’action en douceur

Processed with VSCO with preset

Vous n’arrivez pas à passer à l’action ? Vous avez ce projet de changer de boulot, de passer freelance, de quitter votre appartement, ou de retrouver la campagne mais vous n’arrivez pas à bouger ? Ne culpabiliser plus, c’est votre système nerveux autonome qui vous joue des tours ! Je vous explique comment ça passe et quels sont les remèdes pour enfin passer à l’action.

Pourquoi on ne passe pas à l’action ?

Il y a des moments dans une année où l’énergie n’est pas là, la motivation non plus quand ce n’est pas carrément les idées noires qui viennent à grand renfort de « Tu n’y arriveras jamais », « Tu es nul ! ».
Ces moments de doutes, d’incertitudes sont extrèmement inconfortables et pourtant, ils sont aussi acceptables. C’est ok de ne pas avoir toujours la pêche, c’est ok si vous avez envie de rien. C’est ok de se sentir mal par période.
Et non seulement, moi je vous le dis parce que je suis coach de vie 😁, mais la science le démontre en ayant étudiée notre système nerveux autonome.
Une théorie a été développé à ce sujet que je trouve extrémement éclairante, aidante pour comprendre comment nous fonctionnons. Et si nous comprenons notre fonctionnement avec ces hauts et bas émotionnels, il est aussi plus facile de l’accepter plutôt que de lutter contre.
Bizarrement, quand on cesse de lutter contre nos ressentis, nos émotions, notre fonctionnement atypique ou non, les choses se libèrent et nous évoluons.

Il existe un curieux paradoxe : lorsque je m’accepte tel que je suis, alors je peux changer

Carl Rogers

Qu’est-ce que la Théorie Polyvagale ?


La théorie polyvagale décrit le fonctionnement de notre système nerveux autonome. Ce système qui gère la respiration, la digestion et tout ce dont on a pas conscience.
Cette théorie décrit 3 états dans lesquels nous nous mettons, encore une fois insconsciemment :

  • Un état que vous connaissez sûrement, nommé « fight or flight » : le combat ou la fuite. Face à un danger immédiat, vous allez attaquer ou courir pour fuire le danger. Dans la vie de tous les jours, c’est un état où on agit beaucoup, on parle beaucoup. Une cliente m’évoquait ces journées : « J’enchaîne, j’enchaîne. Pourtant, je n’aime pas ça courir mais je n’arrive pas à me poser 2 min ». C’est un bon exemple de cet état de combat ou fuite. Vous êtes en permanence actif. Quand on est haut potentiel ou hypersensible, c’est typiquement notre mental qui est hyper actif.
  • Le second état se déclenche face à un danger de mort : on va alors se figer. C’est la sidération, c’est la biche paralysée dans la lumière des phares. Un état d’immobilisation. Dans ces cas là, on dans un totale inaction et dans la morosité. Tout changement nous semble hors de portée. Vous n’avez tout simplement pas accès à vos ressources ! Vous vous sentez confus, seul, déprimé.
  • Et enfin, il y a un état de sérénité, de calme. Celui où vous êtes en contact avec la joie, en pleine possession de vos moyens. Vous vous sentez en sécurité, une sécurité intérieure. La vie est belle, vous être relié aux autres. Tout est possible ! Je crois que nous aimerions tous être le plus souvent possible dans cet état d’ouverture.

Mettre de la conscience sur son état

Le système nerveux autonome fonctionne de façon autonome comme son nom l’indique, cela signifie que l’on a pas conscience de l’état dans lequel on se trouve. Sauf si on apprend à y prêter attention. Tout comme avec la respiration, quand on y pose sa conscience, on peut choisir de faire de grandes inspirations. Avec de la conscience, nous devenons capable de détecter dans quel état votre système nerveux autonome est. Et, nous devenons capable de modifier cet état.

Beaucoup d’entre nous, face au stress d’une vie quotidienne, sommes dans un état de combat ou fuite. Ce qui nous empêche de nous poser pour ralentir et sortir de l’état de combat ou fuite, c’est tout aussi inconsciemment, la peur de tomber dans l’état d’immobilisation ! Ce sur-plus d’activités, permet de ne pas se confronter à un état de déprime qui est inquiétant.
.

Quelles pistes pour changer d’état et passer à l’action en douceur ?

Je vois alors trois pistes pour changer d’état et sortir de l’immobilisme ou de statu-quo dans lequel vous avez la sensation d’être :

  • Mettre de la conscience sur votre état : prendre un temps de pause chaque jour pour regarder comment vous vous sentez. Physiquement et mentalement. Etes-vous agités ? Etes-vous déprimés ? Mettre de la conscience, c’est utiliser le 3ième état, celui d’ouverture pour observer ce qui se passe et ne plus le subir.
  • Quand vous êtes dans l’état de combat ou fuite : ralentir. Autorisez-vous à ressentir par votre corps, les sensations qui vous entoure. Ecouter les oiseaux qui chantent. Prendre sa tasse de thé sans son téléphone. Regarder les gens marcher dans la rue.
  • Quand vous êtes dans l’état d’immobilisation : le mouvement. De quel mouvement votre système nerveux autonome a besoin ? Sortir prendre l’air ? Se lever de sa chaise et s’étirer ? Danser comme un fou ?

Parfois, lâcher prise est un acte plus puissant que se défendre ou s’accrocher.

Eckart Tolle

Vous avez envie d’en savoir plus sur votre fonctionnement, comment votre système nerveux autonome vous joue des tours et surtout vous avez envie de construire votre vie rêvée ? Prenez rendez-vous pour une séance découverte offerte !

Virginie Cotel
Virginie Cotel

Je suis Virginie Cotel, coach de vie certifiée. Je vous accompagne, haut potentiel, hypersensible ou multipotentiel à comprendre votre fonctionnement pour le vivre au mieux, vous épanouir en osant être vous et créer la vie dont vous rêvez vraiment.

Publié par Virginie Cotel

Je m’appelle Virginie Cotel. Après 13 ans à créer des logiciels et sites web pour de grandes entreprises, j’ai souhaité me reconvertir. Le jour où j’ai découvert que j’étais surdouée, mes perspectives ont changé et j’ai enfin accepté que mon envie d’accompagner des personnes était ce qui avait le plus de sens pour moi.

Laisser un commentaire