Pourquoi je manque de confiance en moi ?

Processed with VSCO with a4 preset

La confiance en soi, c’est ce talent que l’on est tous censé avoir pour être une personne adulte et compétente, non ?

Vous êtes vous déjà poser la question : pourquoi je manque de confiance en moi ? Pourquoi d’autres semblent en avoir à revendre ? Après vous avoir donné des pistes sur comment retrouver de la confiance en soi, j’avais envie d’explorer des pistes pour comprendre ce qui fait que l’on peut en manquer.

Qu’est-ce que la confiance en soi ?

La confiance en soi, c’est ce qui nous donne l’envie, l’impulsion de sortir de notre zone de confort, de prendre un risque pour oser quelque chose de nouveau. C’est une somme de croyance sur nous, qui nous permet de tester, de grandir, de se déployer.

Le manque de confiance en soi peut alors nous empêcher d’être heureux, car enfermé dans une relative sécurité, nous avons fait le tour de la zone de confort. Et quand on connaît l’intensité, chez un grand nombre de haut potentiel, de leur besoin de stimulation et de nouveauté, on peut vite comprendre combien on peut finir par se morfondre de ne pas bouger.

L’origine du manque de confiance en soi

Le manque de confiance en soi peut avoir différentes origines. Savoir que ce manque de confiance en soi n’est pas constitutif de notre identité est un bon départ.

Car la confiance en soi n’est pas monolithique. Elle est multiforme. Vous pouvez avoir confiance en vous dans un domaine, tandis que dans un autre, c’est plus compliqué.

Pour vous donner une image avec les travaux chez moi, j’ai une très bonne confiance en moi pour poser du papier peint et faire de la peinture. Par contre, je ne suis pas au top de ma confiance en moi quand il s’agit d’électricité.

En premier lieu, parce que je n’ai pas beaucoup d’expérience dans ce domaine, ensuite parce que je n’ai pas de compétence particulière. Ensuite, parce que je me souviens bien que pendant mes études, et malgré mes révisions, je me suis payée une misérable note en Électricité.

La confiance en soi, se construit évidemment dans l’expérience. Et lorsqu’on débute un nouveau sujet, nous n’avons pas nécessairement les compétences qui vont avec. Mais parfois, on ne garde de cette expérience que l’étiquette « échec » et l’enfouis bien loin pour éviter d’avoir à revivre la même chose.

Le jugement des autres

Quand on débute, peut venir rapidement, la peur du jugement des autres si nous ne nous jugeons pas compétent.

Nous sommes des êtres grégaires, nous avons besoin des autres pour survivre. La peur du jugement des autres est légitime. Mais il est également un frein à notre plein épanouissement. Il nous empêche souvent de se révéler dans notre originalité.

Plutôt que de sortir de notre zone de confort et de risquer l’expérience, nous ne préférons rien tenter. Pour éviter de perdre la face devant les autres, notamment.

Le perfectionnisme

Le perfectionnisme, c’est aussi une stratégie qu’on peut mettre en place pour être accepté par les autres.

Pour nous rassurer, parce qu’on a envie de bien faire, parce qu’on a envie d’être reconnu, on va progressivement monter la barre toujours plus haute à nos exigences. Inconsciemment, nous pensons que c’est seulement en étant excellent voire parfait qu’on sera reconnu, accepté par les autres.

Le revers de la médaille du perfectionnisme, c’est que plutôt que d’essayer et de risquer d’échouer, on va souvent préféré ne rien faire. Pas vous ?

Et finalement, en ne bougeant pas, on va alors se parler mal et se raconter qu’on est nul… Qu’on n’y arrivera jamais. Voilà pourquoi, je trouve que c’est aussi un vilain défaut d’être perfectionniste !

Les histoires qu’on se raconte

Enfin, il y a pour moi, surtout, les histoires qu’on se raconte à notre sujet. Car, qui dit que j’ai vraiment besoin de compétences particulières pour terminer d’accrocher une vasque à mon plafond ? Qui dit, qu’avec mes propres talents, je ne peux pas apprendre et le faire moi-même ?

C’est pourquoi il est si important de faire la lumière sur les histoires qu’on se raconte. Certaines ne sont plus fondées. Je ne suis plus la petite fille dans la lune qui oubliait ses affaires à longueur de journée quand j’avais 6 ans.

La difficulté, c’est de prendre conscience des pensées qui sont devenues automatiques.

C’est quand j’ai découvert mon haut potentiel que j’ai pris conscience de tout le décalage que j’avais pu ressentir jusque-là. Et ce décalage, n’avait cessé de pointer du doigt ce que je faisais différemment des autres, ce que je n’arrivais pas à faire comme eux. Ce décalage m’a fait douter de mes compétences dans certains domaines.

Jusqu’à douter de ce que je pouvais entreprendre tout court.

Sans compter les fois où les choses étaient faciles pour moi, mais que je n’avais aucune idée de comment j’avais fait ! (Genre avoir une note de 22/20 en physique et 3 mois plus tard avoir un 5/20 ! 🤔)

De quoi en perdre son latin. Ce décalage est subtil et difficile à nommer encore aujourd’hui pour moi. Le plus saillant, c’était ma façon de vivre mes émotions, d’avoir besoin d’humanisme dans mes relations professionnelles. Des besoins que je vivais avec une intensité vraiment différente de celles de mes collègues.

En résumé

Donc si je résume, ce qui peut expliquer le manque de confiance en soi, selon moi et de façon non-exhaustive, je dirais :

  • Le fait de généraliser son manque de confiance en soi dans un domaine à tous les domaines de vie
  • Des expériences passées sur lesquelles on a collé une étiquette « échec »
  • La peur du jugement des autres qui nous paralyse dans nos tentatives
  • Le perfectionnisme qui peut lui aussi nous paralyser dans notre sortie de la zone de confort
  • Les histoires qu’on se raconte à notre sujet sur ce qu’on est ou non capable de faire
  • La sensation de décalage que l’on peut vivre quand on est atypique qui nous rappelle parfois au quotidien que l’on n’arrive pas à faire des choses que les autres font naturellement

Vous avez envie de regagner de la confiance en vous ? De sortir de votre zone de confort pour construire votre projet ? Découvrez mon nouveau programme d’auto-coaching « J’ai confiance en moi ! »

Pour en savoir plus sur le programme « HP : j’ai confiance en moi ! », c’est par ici.

Publié par Virginie Cotel

Je m’appelle Virginie Cotel. Après 13 ans à créer des logiciels et sites web pour de grandes entreprises, j’ai souhaité me reconvertir. Le jour où j’ai découvert que j’étais surdouée, mes perspectives ont changé et j’ai enfin accepté que mon envie d’accompagner des personnes était ce qui avait le plus de sens pour moi.

2 commentaires sur « Pourquoi je manque de confiance en moi ? »

Laisser un commentaire