Pourquoi je suis devenue coach ?

Virginie Cotel – pourquoi je suis devenue coach photo par Emmanuelle Braun

Pourquoi devenir coach ? Pour le titre ? Pour l’indépendance ? Comment choisit-on cette voie ? On peut penser que devenir coach a toujours été une évidence pour moi. Que finalement ca a été facile, ou que j’ai eu une révélation. Vous savez celle qui vous tombe du ciel et pouf ! L’évidence ! Et bien, non pas du tout ! Ici, je vous raconte pourquoi je suis devenue coach.


Et bien non, ça n’a pas été pas une révélation. Je ne me suis pas réveillée un matin, en sachant que c’était coach que je voulais faire. J’ai longtemps été perdu. A priori, j’ai été perdu pendant…au moins 13 ans (durée de ma « carrière » en informatique), mais je pense que ça remonte à avant encore.


Je me souviens être diplomée de mon école d’ingénieur et d’avoir dit à mes amis présents ce jour-là : « Je ne serai pas ingénieur toute ma vie ».
J’ai longtemps cherché ce qui avait du sens pour moi. Vous pouvez me croire, si j’ai changé 15 fois de jobs en 13 ans, c’est que j’avais vraiment envie de trouver ! J’avais fini par croire que seuls les métiers dans l’humanitaire pouvait avoir du sens. Or, je ne me voyais pas vivre en pleine savanne dans un dispensaire à l’autre bout du monde (qui a dit cliché ? 😅).


Je ne trouvais pas de réponse satisfaisante à ma quête de sens.


Et puis, j’ai fait du chemin, peu à peu, pas à pas.
J’ai repris contact avec mes valeurs, celles qui me poussaient à faire de l’humanitaire c’est un amour profond pour mon prochain.
C’est l’envie puissante d’avoir un impact, de tenter à mon échelle de faire quelque chose de bien pendant mon passage sur terre.
Quand j’ai rencontré pour la première fois de ma vie un coach en entreprise, j’ai soudain ressenti une porte s’ouvrir dans mon univers : on pouvait avoir un métier humain ET être humain en entreprise!

Il m’a fallu encore bien du chemin pour oser me former. Notamment, parce que ma haute sensibiltié me semblait un frein. Comment pouvais-je être une bonne coach si je me retrouvais à pleurer devant mon client à l’écoute de son histoire ? Mon empathie allait forcément se mettre en travers de mon chemin. Je ne me pensais pas assez forte pour tous les autres ! (Coucou, le syndrome du sauveur !)


Pourtant, cela m’a travaillé. Alors, j’ai fini par suivre mon intuition, celle qui me disait que ce besoin de lien ça comptait vraiment pour moi. J’ai cherché des écoles de coaching, j’ai assisté à une soirée d’initiation, puis à une journée d’initiation dans une école.
Et puis, je me suis inscrite à cette formation de coaching chez Coach Académie.

A ce moment là, je ne savais pas encore ce que j’allais en faire. J’étais devenue freelance. Mais grosso modo, je faisais le même métier qu’avant, sauf que je le faisais à mon compte. Il ne me réjouissait pas, mais j’avais l’impression d’être un peu plus alignée. Par contre, je vous raconte pas l’horreur que c’était de chercher de nouvelles missions à l’époque. J’en avais tout simplement pas envie. Alors, le coaching, je me suis dit qu’au pire ce serait des outils supplémentaires pour mon job de consultante freelance.

Et quand est arrivé le premier séminaire, là j’ai compris. En fait non, j’ai pas compris. J’ai ressenti l’évidence. C’était là, ici et maintenant. Parmi ces gens qui aiment écouter, qui sont passionnés par l’humain, qui ont envie d’accompagner l’autre à grandir, changer, bouger que je me suis sentie bien.

Enfin, j’avais trouvé l’oxygène dont j’avais tant manqué.
Et là, j’ai su que je voulais faire ça tous les jours.


Je suis persuadée que j’aide beaucoup plus l’humanité en accompagnant un à un mes clients à se reconnecter à eux-même, à voir la belle personne qu’ils/elles sont, que tout ce que j’ai fait auparavant.


Je crois que c’est la chose la plus importante que j’ai à faire.

Publié par Virginie Cotel

Je m’appelle Virginie Cotel. Après 13 ans à créer des logiciels et sites web pour de grandes entreprises, j’ai souhaité me reconvertir. Le jour où j’ai découvert que j’étais surdouée, mes perspectives ont changé et j’ai enfin accepté que mon envie d’accompagner des personnes était ce qui avait le plus de sens pour moi.

2 commentaires sur « Pourquoi je suis devenue coach ? »

Laisser un commentaire