5 livres à lire cet été – Newsletter 7

Pour cette article, j’avais envie de quelque chose d’un peu plus léger. L’été étant bien avancé, vous êtes peut-être déjà partis en vacances. Je vous propose donc de la lecture à emporter avec vous, et de l’ouverture d’esprit sur pleins de sujets divers liés à notre atypisme : hypersensibilité, haut potentiel mais aussi communication et bien plus encore.

Au menu aujourd’hui : des livres  ! 

Nous allons parler de :

  • « La réconciliation » de Lili Barbery
  • « Les quatre accords toltèques » de Miguel Ruiz
  • « Les mots sont des fenêtres » de Marshall B. Rosenberg
  • « Hypersensibles » d’Elaine Aron
  • « Le livre des vrais surdoués » de Béatrice Millêtre

Pourquoi ces livres ? Je les ai personnellement appréciés ou leurs enseignements. Ce sont aussi des ouvrages que je propose en bonus quand un client rejoint mon accompagnement. J’aime bien lui faire ce petit cadeau de découvrir un livre qu’il ne connait pas, pour peut-être avancer sur ses réflexions. 

Si vous n’êtes pas un grand lecteur comme certains de mes clients HP ou hypersensibles ont pu me le dire (c’est parfois pénible de lire quand ses pensées partent dans tous les sens), je vous conseille d’essayer les audio-livres. Moi qui ne suis pas très auditive, j’en ai fait l’expérience. Je ne pensais pas que cela me plairait mais je trouve cela très pratique, tout simplement parce que je combine ça avec une activité manuelle comme de la couture. Je peux donc écouter un livre tout en faisant autre chose. Ce n’est pas forcément terrible pour la charge mentale… mais j’avoue, j’adore ça. 

Bonne lecture !

Virginie

1. « La réconciliation » de Lili Barbery

C’est un livre que je viens de finir et je m’en suis délectée. J’ai pris le temps de le savourer. J’ai pris presqu’un mois pour le terminer, alors qu’il me restait que très peu de pages. C’est en partie autobiographique puisque Lili Barbery raconte son parcours depuis le début, quand elle était journaliste de mode pour des journaux prestigieux comme Vogue ou le magazine du Monde, jusqu’au moment où elle a pris conscience que sa façon de vivre ne lui convenait plus. La réconciliation, c’est ça. C’est sa réconciliation avec elle-même, et avec son corps. Elle explique comment elle s’y est prise. Aujourd’hui, Lili est prof de yoga kundalini. 

Je l’ai particulièrement découverte pendant le confinement parce qu’elle a offert, tous les soirs, pendant 40 jours, une séance de yoga kundalini sur Instagram. Son livre a aussi le bel avantage de faire découvrir des personnalités puisqu’à la fin de chaque chapitre, elle a interviewé différents profils, aussi bien des psys qu’un restaurateur, etc. Ce sont surtout des personnes qui l’ont inspirée sur son parcours. J’ai adoré découvrir leur travail par la suite. 

Un très bel écrit pour ceux qui veulent mieux se comprendre et surtout, mieux s’aimer.


2. « Les quatre accords toltèques » de Miguel Ruiz

Ce que j’aime particulièrement dans ce livre (que je n’ai pas encore lu), c’est la philosophie des quatre accords. Si je n’ai pas pris le temps de le lire, c’est parce que ces accords sont très simples. J’en ai entendu parler grâce à ma psychothérapeute, il y a quelques années. Le but est d’expérimenter cette approche pour constater que vraiment, elle fonctionne. Il y a un très bon article qui résume les quatre accords toltèques sur le site de psychologie magazine que vous pouvez retrouver ici

Voici ces 4 accords (ils ne sont pas cités dans un ordre particulier) : 

  • Ne prends rien personnellement : lorsque l’autre nous parle plus ou moins bien, il a toujours un filtre qui est sa vision du monde et qui s’exprime à travers lui. Chacun vit un événement de façon différente et quand nous allons nous exprimer, c’est à travers ce filtre. Quand nous insultons quelqu’un par exemple, c’est toujours par rapport à notre propre manière de voir les choses. Si quelqu’un me dit : « mais qu’est-ce que tu es bête !», cela prouve que l’intelligence est fondamentale pour cette personne, pas que je sois bête. 
  • Fais de ton mieux : faire de son mieux, ce sera parfois de rester au fond de son lit parce que nous avons la grippe. D’autres fois, cela voudra dire déplacer des montagnes parce que nous en aurons la capacité, la volonté, l’envie, l’énergie. La manière de faire de son mieux varie en fonction de ce que nous vivons à un instant précis.
  • Ne fais pas de suppositions : notre cerveau a cette grande capacité à juger, à remplir les trous. Quand quelqu’un ne répond pas à notre mail, ou à notre sms, nous allons penser : « il me déteste » ou « j’ai du faire une erreur ». Nous faisons une supposition. Notre cerveau fonctionne comme cela mais nous on peut aussi s’apercevoir qu’il est possible de ne pas croire cette supposition ou de se rappeler qu’il y a peut-être plusieurs suppositions à imaginer. 
  • Que ta parole soit impeccable : au-delà du fait de parler gentiment des autres, il y a aussi le fait de se parler gentiment à soi-même. Nous sommes les plus durs avec nous-mêmes. Améliorer sa façon de se parler, c’est aussi une très belle façon de changer sa manière de voir le monde. 


Je vais m’arrêter là mais je pense que c’est un livre qui est très intéressant. Je vous conseille de commencer par mettre un accord en pratique, comme le fait de ne rien prendre personnellement. Cela peut vraiment aider votre façon de vivre les événements et de ne plus avoir la sensation de subir les autres.


3. « Les mots sont des fenêtres » de Marshall B. Rosenberg

Un autre ouvrage chouchou que je conseille quasiment à tous mes clients. C’est aussi un livre que j’ai découvert lors de ma psychothérapie. Cela parle de la communication non violente. Nous entendons souvent parler de communication non violente, en tout cas, quand nous commençons à nous renseigner sur le développement personnel. A l’époque, je ne connaissais pas du tout. C’est tout simplement apprendre à communiquer de façon saine avec son entourage. Le double avantage de la communication non violente, c’est que non seulement elle nous apprend à mieux nous comprendre, mais aussi à mieux comprendre les autres. C’est un livre écrit par un américain, et comme la plupart des livres américains, il est très didactique. En le lisant seul, nous pouvons déjà faire des progrès. 

Il y a quatre étapes dans la communication non violente :

  • Établir un fait tout en restant objectif : le livre vous accompagne à le faire.
  • Parler de son ressenti : nous allons sur le territoire des émotions, et c’est là que c’est intéressant : comprendre ce qui se passe en nous. 
  • Établir son besoin : si une émotion a été ressentie, c’est qu’un besoin est là, présent. Par exemple, quand nous sommes en colère, cela peut-être un besoin de protection, un besoin de poser des limites, de se réaffirmer. Quand nous avons peur, c’est peut-être un besoin de sécurité. Il peut y avoir plusieurs besoins derrière chaque émotion. 
  • Faire une demande : en fonction de son besoin, expliciter à l’autre comment il peut nous venir en aide. C’est prendre sa responsabilité vis-à-vis de ce qu’on vit à l’intérieur. Je trouve que c’est très complémentaire avec les quatre accords toltèques. Si pour commencer, vous avez en tête que vous ne devez rien prendre personnellement parce que c’est ce que l’autre vit et que vous, de votre côté, vous savez ce dont vous avez besoin, et que vous pouvez en faire la demande…et bien vous irez loin, je vous le dis !

4. « Hypersensibles » d’Elaine Aron

Elaine Aron est une psychologue et chercheuse américaine. C’est elle qui a théorisé l’hypersensibilité et c’est l’une des spécialistes dans le domaine. Avant, cela n’avait pas été autant étudié. C’est un livre très déculpabilisant qui passe en revue toutes les caractéristiques de l’hypersensibilité. 

J’aime bien le passage où elle explique ce qu’il se passe quand nous avons froid. Imaginons que vous soyez dehors avec des amis. La nuit tombe, vous commencez à frissonner. Vous voyez que les autres ne bougent pas et ne semblent pas sentir la fraîcheur. Vous avez alors le choix d’ignorer que vous avez froid ou vous pouvez vous lever et aller chercher votre manteau. Si vous êtes un peu hypersensible, vous serez du genre à vous dire : « si personne ne prend son manteau, c’est qu’il ne doit pas faire si froid que ça. Je vais donc ignorer mon ressenti ». L’auteur vous invite au contraire à aller chercher votre manteau si vous en avez besoin. 

Dans ce livre, il y a une description assez précise de la manière dont fonctionne l’hypersensibilité physiologiquement. Il faut en finir avec les : « tu es trop émotif ». En fait, vous vous êtes comme vous êtes, et c’est très bien. C’est même un super pouvoir !


5. « Le livre des vrais surdoués » de Béatrice Millêtre

Pour finir, un petit livre sur les surdoués. Selon Béatrice Millêtre, il y aurait des faux surdoués : des gens qui ont un haut QI mais qui n’ont pas l’hypersensibilité, l’intuition. C’est encore une fois un vieux débat entre complexe et laminaire. Au delà de ça, ce que j’ai trouvé intéressant (du moins au début de son livre), c’est la définition d’un fonctionnement qu’elle appelle intuitif, avec le fameux « Eurêka ! ».

C’est un fonctionnement où on l’engrange beaucoup d’informations. De l’extérieur, il y a cette impression de procrastination. Nous nous disons : « pourquoi est-ce que je n’arrive pas à avancer ? Pourquoi est-ce que je ne le fais pas ? ». Et à un moment donné, il y a une fulgurance. Tout d’un coup, nous trouvons la solution, c’est le fameux « Euréka ! ».

Prenons l’exemple de mon site web. J’ai dû procrastiner pendant trois ou quatre mois avant de m’y mettre. Je m’inventais pleins d’excuses en me disant : « non, je ne sais pas faire, ça va être compliqué… ». Et puis un soir, je me suis installée devant mon ordinateur et en cinq heures, j’avais terminé mon site web. De l’extérieur, on ne comprend pas très bien ce qui se passe mais inconsciemment, il y a beaucoup de choses qui se mettent en jeu. A un instant précis, la réponse remonte à la conscience et nous nous débloquons. Nous trouvons la solution. 

Je trouve que c’est un livre qui aborde de façon très optimiste le haut potentiel (contrairement au livre « Trop intelligent pour être heureux ? » de Jeanne Siaud-Facchin), et c’est très rafraîchissant. Pour un premier livre sur le sujet, c’est celui que je recommanderais.

Un peu d’inspiration ?

Vous avez aimé cette newsletter ? Et si vous la receviez directement dans votre boîte mail pour être sûr de ne rien manquer !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :